mardi 16 mai 2017

CQFD

(en pensant à Jacques Roubaud)

soit moi
petit m
entier improbable
exposé à la puissance
des nombres
que multiplient les doutes
est égal à la somme des bons côtés
opposés aux rancunes et jalousies
et autres lâchetés

si m
avance perpendiculaire
sur une sphère qu'on appellera Terre
toute chose égale par ailleurs
mu par une force p
appelée poésie

alors
m préférera
la carré de chocolat
au carré de l'hypoténuse

CQFD

dimanche 16 octobre 2016

sans titre (projet en cours)

/ les lieux vides les grilles ruisselant de nuit / ici ou là ou nulle part en nous / la vie avec ses baisers de goudron ses oiseaux morts / s'emplit du cri des tôles / mordent les brasiers de l’intime / les fers déjà posés à la naissance / pour se jeter dans le précipice écrasé par la mâchoire des parois / crier jusqu'à l'os broyer toute tentative de floraison fuir / prendre ses larmes à son cou / triomphe des boues en crue / par le ventre la destruction / perdu comme un moucheron dans le big bang dans l'immensité se consumer / reste l'énigme du malheur /

vendredi 30 septembre 2016

légèreté

bien plus
que sauter dans une flaque de lumière
l’enfant nous prive
de la légèreté d’en faire autant

vendredi 17 juin 2016

gronder les mots

que veut dire cette écriture de force
parfois souffrance mal prononcée ?
poème
on ne fera jamais rien de toi !
comme d’habitude tu trahis mes mots
ce n'est pas comme cela que je veux le dire
les émotions s’écrivent ciselées
ou ne s'écrivent pas !
retiens bien cela poème
même dans la nuit, affûte ta lumière.

mercredi 1 juin 2016

ainsi commencent tes yeux

ainsi commencent tes yeux

au jeu du sommeil
me trompait leur mécanique

il est matin
et je me lève
de tendresse imprononcée

lundi 9 mai 2016

ancêtres

toucher la peau de nos ancêtres
d'une autre époque et tant de nous
serrer la main caleuse de leur quotidien
et s'inviter dans leur regard

avec eux dorment quelques langages
quelques chants quelques terres
qu'il en soit ainsi une terre au revers de nos morts
tant le sol engage l'humain

mercredi 24 février 2016

(en pensant aux hommes politiques)

tu n'écoutes plus
et construis quand même des vérités

des lois même
quelques aphorismes

tu n'écoutes plus
et tu voudrais que l'on s'entende ?